Pompes Funèbres à Toulouse près de Colomiers, Tournefeuille: Vos démarches facilitées

Lorsqu’un décès survient, les démarches administratives peuvent s’avérer complexes. Les Pompes Funèbres Toulouse Métropole vous accompagnent pour vous aider à accomplir toutes les formalités.

Le certificat de décès : il s’agit du certificat établi par le médecin appelé à constater le décès.

Si le décès a lieu à l’hôpital, en maison de retraite, il est établi par le médecin du service. Au domicile, le médecin de famille ou le SAMU doivent être appelés pour constater le décès.

La déclaration de décès : une fois le certificat de décès délivré, le décès doit être déclaré dans les 24 h auprès de la commune du lieu de décès. Les Pompes Funèbres Toulouse Métropole peuvent effectuer pour vous ces démarches et vous fournir les actes de décès qui vous seront nécessaires pour envoi aux organismes sociaux (Sécurité sociale, caisse de retraite…).

L’inhumation consiste à placer le corps du défunt dans une tombe. L’enterrement a lieu, le plus souvent, dans un cimetière, au plus tard 6 jours après le décès, sauf exceptions. L’entreprise de pompes funèbres choisie s’occupe des démarches liées à l’inhumation.

Le défunt peut être inhumé dans les cimetières suivants :

  • celui de la commune où le défunt habitait,
  • celui de la commune où le défunt est mort,
  • celui où est situé le caveau de famille.

Dans le cimetière choisi, le défunt est inhumé dans une concession funéraire. Si le défunt n’avait pas de concession, il est inhumé en terrain commun, dans un emplacement individuel. Cet emplacement est fourni gratuitement pour au moins 5 ans. La sépulture est aménagée selon les souhaits du défunt ou de ses proches et dans le respect du règlement du cimetière communal.

La crémation est une technique funéraire visant à réduire en cendres le corps du défunt. Elle est réalisée dans un crématorium.

Après la crémation, les cendres sont recueillies dans une urne cinéraire munie d’une plaque indiquant l’identité du défunt et le nom du crématorium.

L’urne peut être gardée au crématorium pendant un an au maximum (ou dans un lieu de culte, après accord de l’association chargée de l’exercice du culte).

À l’issue de ce délai, si les proches du défunt n’ont pas pris de décision, les cendres sont dispersées dans l’espace de dispersion du cimetière de la commune du lieu de décès ou, si nécessaire, dans le site cinéraire le plus proche.